Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En utilisant celui-ci, vous acceptez l'utilisation des cookies.J'ai bien compris En savoir plus
Surfez plus rapidement grâce au compte sans publicités. Consultez notre boutique
Mode d'emploi, réglementations et organisation d'un marché aux puces / vide-greniers
Rédigé par la FFBA
Fédération Française du Bénévolat et de la Vie Associative
www.benevolat.org
contact@benevolat.org

Toute reproduction, même partielle, n'est pas autorisée sans la mention de la source ci-dessous :
https://vide-greniers.org/reglementation/
fnba



Dernière modification : Mardi 22 Mars 2016
Qu'est ce qu'un vide-greniers ?
Un marché aux puces (vide-greniers, brocante) est un événement organisée dans un lieu public ou ouvert au public en vue de vendre ou d'échanger des objets mobiliers usagés et acquis de personnes autres que celles qui les fabriquent ou en font commerce.

Un vide-greniers ou marché aux puces est un acte de commerce soumis au régime des ventes au déballage défini à l'article L 310-2 du Code de commerce :
  • Sont considérées comme ventes au déballage les ventes de marchandises effectuées dans des locaux ou sur des emplacements non destinés à la vente au public de ces marchandises, ainsi qu'à partir de véhicules spécialement aménagés à cet effet.
  • Les ventes au déballage ne peuvent excéder deux mois par année civile dans un même local ou sur un même emplacement. Elles font l'objet d'une déclaration préalable auprès du maire de la commune dont dépend le lieu de la vente.
  • Les particuliers non inscrits au registre du commerce et des sociétés sont autorisés à participer aux ventes au déballage en vue de vendre exclusivement des objets personnels et usagés deux fois par an au plus. […]
Avant l'événement
Si l'événement a lieu sur le domaine public, au moins 3 mois avant le début de celle-ci l'organisateur adresse une déclaration préalable de vente au déballage par Lettre Recommandée avec demande d'Avis de Réception ou remise contre récépissé au maire de la commune dans laquelle l'opération de vente est prévue, en même temps que la demande d'autorisation d'occupation temporaire du domaine public (article R. 310-8 du Code de commerce).

Si l'événement n'a pas lieu sur le domaine public, la déclaration préalable de vente au déballage est à adresser au maire dans les 15 jours au moins avant la date prévue pour le début de la vente (article R. 310-8 du Code de commerce).

L'organisateur doit également établir un registre des vendeurs (articles R. 310-9 du Code de commerce et 321-7 du Code pénal). Ce registre doit être coté et paraphé par le commissaire de police ou, à défaut, par le maire de la commune du lieu de l'événement.

Si le vendeur est une personne physique, le registre doit comprendre les noms, prénoms, qualité et domicile ainsi que la nature, le numéro et la date de délivrance de la pièce d'identité avec l'indication de l'autorité qui l'a établie.
Concernant les participants non professionnels, le registre doit également faire mention de la remise d'une attestation sur l'honneur de non-participation à 2 autres événements de même nature au cours de l'année civile (article R 321-9 du Code pénal).

Si le vendeur est une personne morale, le registre doit comprendre la dénomination et le siège de celle-ci ainsi que les noms, prénoms, qualité et domicile du représentant de la personne morale à l'événement, avec les références de la pièce d'identité produite (article R 321-9 du Code pénal)

Toute personne dont l'activité professionnelle comporte la vente d'objets mobiliers usagés ou acquis à des personnes autres que celles qui les fabriquent ou en font le commerce a l'obligation d'effectuer une déclaration préalable à la Préfecture ou à la Sous-préfecture (à Paris à la Préfecture de police) dont dépend son établissement principal (article R. 321-1 du Code pénal). Elle doit également tenir jour par jour un registre contenant une description des objets acquis ou détenus en vue de la vente ou de l'échange et permettant l'identification de ces objets ainsi que celles des personnes qui les ont vendus ou apportés à l'échange (article 321-7 du Code pénal).
Pendant l'événement
L'organisateur de l'événement doit tenir le registre à la disposition des services fiscaux, des douanes et des services de la concurrence, consommation et répression des fraudes.
Après l'événement
dans un délai maximal de 8 jours
  • Le registre tenu tout au long du marché aux puces doit être dans un premier temps paraphé par le maire du lieu de l'événement. (article R321-10 du code pénal)
  • Ensuite, le registre devra être déposé à la Préfecture/Sous-Préfecture.sous couvert de la Mairie du lieu de l'événement.
Les attestations restent chez l’organisateur. (sauf si les autorités de contrôle les prennent pour la procédure). Les attestations doivent être gardées par l’organisateur à disposition pour des contrôles.
Fiscalité
L'organisateur notamment associatif doit se conformer aux règles fiscales applicables. (Circulaire fiscale précisant les règles applicables au secteur associatif)
Sanctions

Méconnaissance de la durée de la vente

1 500 euros, 3 000 euros en cas de récidive (article R. 310-19 du Code de commerce).

Registre non tenu à jour (peines identiques pour les organisateurs de ventes au déballage et les professionnels)

6 mois d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende (article 321-7 du Code pénal)

Apposition de mentions inexactes sur le registre et refus de présenter le registre

6 mois d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende (article 321-8 du Code pénal).

Ces peines peuvent être assorties de peines complémentaires énoncées à l'article 321-9 du Code pénal.
Récapitulatif
3 mois au moins avant la date de l'événement (dans le cas d'un événement sur le domaine public) Déclaration préalable de vente au déballage adressée au maire et demande d'autorisation d'occupation temporaire du domaine public.
15 jours avant le début de l'événement (cas d'un lieu privé) Déclaration préalable de vente au déballage adressée au maire
Dans les 8 jours qui suivent l'événement Dépôt du registre en Mairie
Modèles de documents
Quelques questions/Réponses :

Y a-t-il possibilité de participation d'une association à un Vide-Greniers en tant qu'exposant ?

Sans que les textes soient clairs à ce sujet, nous pourrions considérer par défaut, qu'une association (personne morale) n'est pas considérée comme un « professionnel, inscrit au registre du commerce » et donc peut participer à ce type de manifestation en respectant les règles d'une personne physique non professionnelle. La participation régulière et fréquente pourrait être considérer comme une activité commerciale pouvant conduire à une fiscalisation, donc prudence !

Y a-t-il des objets non autorisés à la vente lors de Vide-Greniers ?

Pour rappel la vente autorisée pour les particuliers porte sur des objets personnels et usagés. Certains objets sont sensibles et des réglementations doivent être appliquées strictement (Interdiction de vente d'armes à des mineurs, etc …

Qu'en est-t-il des salons de collectionneurs ?

Sans réglementation particulière, ces salons suivent la réglementation des ventes au déballage, applicables au Vide-Greniers y compris ses limitations… (en théorie, 2 fois par an pour l'exposant particulier)

Le Maire peut-il refuser de donner l'autorisation d'occupation du domaine public ?

L'autorité compétente doit refuser l'autorisation : - Si la demande n'est pas déposée dans les délais prévus par la réglementation - Si une ou plusieurs ventes au déballage ont déjà eu lieu au moins deux mois durant l'année civile dans le local ou sur l'emplacement visé ; Si le maintien de l'ordre public (salubrité, sécurité, tranquillité publiques) l'exige. Les décisions de refus d'autorisation ou d'autorisation limitée doivent être motivées. Elles ne peuvent reposer sur des motifs portant une atteinte illégale à la liberté du commerce et de l'industrie. En cas de refus implicite, l'administration est tenue, lorsque l'intéressé en fait la demande dans les délais du recours contentieux, de lui communiquer les motifs de la décision

Les participants professionnels peuvent-ils être refusés ?

Un article dans le règlement intérieur de l'événement est un élément à ne pas négliger. D'autre part, le refus de l'autorisation d'occuper le domaine public est une autre possibilité, mais il devra être motivé clairement.
Exemple de l'article du règlement : « L'Organisateur se réserve le droit de refuser toute demande d'inscription effectuée par une personne ou une société ayant participé à une manifestation et qui ne se serait pas acquitté ou se serait acquitté partiellement des obligations lui incombant.
De même, l'Organisateur se réserve également le droit de refuser toute demande d'inscription pour des raisons liées à l'organisation ou à la gestion de l'événement et notamment lorsque la totalité des emplacements a été attribuée »

Que doit-on déclarer si on souhaite effectuer un vide-greniers à son domicile ?

La réglementation s’applique néanmoins.
Une déclaration préalable est à faire au Maire de la Commune et la tenue du registre et des attestations est obligatoire. (A transmettre au Maire après la manifestation)

Que faire si l'exposant particulier ne souhaite pas signer l'attestation sur l'honneur ?

La nouvelle réglementation est claire, vous ne devez pas accepter ces personnes car votre responsabilité d’organisateur en en jeu et le risque est important !
En cas d’installation sans autorisation, un signalement au Maire et à la Police est impérativement à faire qui sont chargés de faire appliquer la loi.

Signification de "Les ventes au déballage ne peuvent excéder deux mois par année civile dans un même local ou sur un même emplacement"

Les textes ne sont pas plus explicites que cela, néanmoins, pour rappel les associations sont exonérées des impôts commerciaux à raison de 6 manifestations exceptionnelles par an, sous conditions de ne pas constituer une activité régulière et concurrentielle !
Comment expliquer des organisations régulières d’un jour par mois ou plus !
Il y a lieu d’entendre 2 mois dans l’année (30 joursx2), mais pour une association attention aux aspects fiscaux !

Y a-t-il des dispositions de sécurité particulières et précautions à prendre par l'organisateur d'une manifestation

La réponse est proportionnelle à la fréquentation. S’il y a foule…. Il doit y avoir des précautions à prendre.
Voir à ce sujet les documents PDF "RNMSC - DPS"
extrait : Les préposés des organisateurs de l'événement [...] ont pour rôle, sous l'autorité et la responsabilité des organisateurs, de prévenir les désordres susceptibles de mettre en péril la sécurité des spectateurs et des participants. Ils doivent notamment remplir, en tant que de besoin, les tâches suivantes : [...] - porter assistance et secours aux personnes en péril

Que risque le particulier qui en ferait plus que 2 durant une année civile

La sanction, par extension en considérant que la personne fait du commerce non déclaré sans tenue d’un registre : 6 mois de prison et 30 000€ d’amende.

Si je m'inscris en tant qu'autoentrepreneur ai-je le droit de faire de la vente d'articles usagés comme dans un vide-greniers

Autoentrepreneur, c'est-à-dire commerçant.
La réglementation est identique, tout en devant être en règle sur le plan des réglementations commerciales (
Registre du commerce, TVA, impôts, etc …) De plus un professionnel doit tenir un registre d’inventaire.

Je suis organisateur ; que dois-je faire des attestations des participants particuliers

Les attestations restent chez l’organisateur. (sauf si les autorités de contrôle les prennent pour la procédure). Les attestations doivent être gardées par l’organisateur à disposition pour des contrôles.

Combien de fois une association peut-elle organiser de vide-greniers

Autant de fois qu'elle le souhaite dans l'année à partir du moment où l'association a reçu l'autorisation du maire pour l'occupation de l'espace public.
Annexes (Texte des articles des codes)

Article L310-2 Code du commerce

Modifié par LOI n°2008-776 du 4 août 2008 - art. 54
I.-Sont considérées comme ventes au déballage les ventes de marchandises effectuées dans des locaux ou sur des emplacements non destinés à la vente au public de ces marchandises, ainsi qu'à partir de véhicules spécialement aménagés à cet effet.
Les ventes au déballage ne peuvent excéder deux mois par année civile dans un même local ou sur un même emplacement. Elles font l'objet d'une déclaration préalable auprès du maire de la commune dont dépend le lieu de la vente.
Les particuliers non inscrits au registre du commerce et des sociétés sont autorisés à participer aux ventes au déballage en vue de vendre exclusivement des objets personnels et usagés deux fois par an au plus.
II.-Les dispositions du I ne sont pas applicables aux professionnels :
1° Effectuant, dans une ou plusieurs communes, des tournées de ventes définies par le 1° de l'article L. 121-22 du code de la consommation ;
2° Réalisant des ventes définies par l'article L. 320-2 ;
3° Qui justifient d'une permission de voirie ou d'un permis de stationnement pour les ventes réalisées sur la voie publique.

III.-Les dispositions du I ne sont pas applicables aux organisateurs de :
1° Manifestations commerciales comportant des ventes de marchandises au public dans un parc d'exposition ;
2° Manifestations commerciales qualifiées de salon professionnel ne se tenant pas dans un parc d'exposition ;
3° Fêtes foraines et de manifestations agricoles lorsque seuls des producteurs ou des éleveurs y sont exposants.


Article R310-8 Code du commerce

Modifié par Décret n°2009-16 du 7 janvier 2009 - art. 1
I.-Une déclaration préalable de vente au déballage est adressée par l'organisateur par lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou remise contre récépissé au maire de la commune dans laquelle l'opération de vente est prévue, dans les délais suivants :
1° Dans les mêmes délais que la demande d'autorisation d'occupation temporaire du domaine public et concomitamment à celle-ci lorsque la vente est prévue sur le domaine public et que le maire est l'autorité compétente pour délivrer l'autorisation ;
2° Dans les autres cas, dans les quinze jours au moins avant la date prévue pour le début de cette vente.
Dans les huit jours au moins avant le début de la vente, le maire informe le déclarant que, du fait du dépassement de la durée de la vente autorisée par le deuxième alinéa du I de l'article L. 310-2, il s'expose à la sanction prévue au 3° de l'article R. 310-19.
II.-Ces délais ne sont pas applicables aux ventes au déballage de fruits et légumes frais effectuées en période de crise conjoncturelle constatée en application de l'article L. 611-4 du code rural, ou en prévision de celle-ci, dans le but de favoriser, par un déstockage rapide, la régularisation des cours du marché ; ces ventes peuvent être réalisées sans délai, par décision conjointe du ministre chargé du commerce et du ministre chargé de l'agriculture et ce après consultation par le ministre chargé de l'agriculture de l'organisation interprofessionnelle compétente.
III.-Un arrêté du ministre chargé du commerce fixe la liste des informations contenues dans cette déclaration.

Article 321-7 Code pénal

Modifié par Ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 - art. 3 (V) JORF 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002
Est puni de six mois d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende le fait, par une personne dont l'activité professionnelle comporte la vente d'objets mobiliers usagés ou acquis à des personnes autres que celles qui les fabriquent ou en font le commerce, d'omettre, y compris par négligence, de tenir jour par jour, dans des conditions prévues par décret en Conseil d'Etat, un registre contenant une description des objets acquis ou détenus en vue de la vente ou de l'échange et permettant l'identification de ces objets ainsi que celle des personnes qui les ont vendus ou apportés à l'échange.
Est puni des mêmes peines le fait, par une personne, à l'exception des officiers publics ou ministériels, qui organise, dans un lieu public ou ouvert au public, une manifestation en vue de la vente ou de l'échange d'objets visés à l'alinéa précédent, d'omettre, y compris par négligence, de tenir jour par jour, dans des conditions prévues par décret en Conseil d'Etat, un registre permettant l'identification des vendeurs.
Lorsque l'activité professionnelle définie au premier alinéa est exercée par une personne morale, ou que l'organisateur de l'événement prévue au deuxième alinéa est une personne morale, l'obligation de tenir le registre incombe aux dirigeants de cette personne morale.

Article R321-9 Code pénal

Modifié par Décret n°2009-16 du 7 janvier 2009 - art. 3
Le registre tenu à l'occasion de toute manifestation mentionnée au deuxième alinéa de l'article 321-7 doit comprendre :
1° Les nom, prénoms, qualité et domicile de chaque personne qui offre à la vente ou à l'échange des objets mobiliers usagés ou acquis de personnes autres que celles qui les fabriquent ou en font commerce ainsi que la nature, le numéro et la date de délivrance de la pièce d'identité produite par celle-ci avec l'indication de l'autorité qui l'a établie ;
2° Pour les participants non professionnels, la mention de la remise d'une attestation sur l'honneur de non-participation à deux autres manifestations de même nature au cours de l'année civile ;
3° Lorsqu'il s'agit d'une personne morale, la dénomination et le siège de celle-ci ainsi que les noms, prénoms, qualité et domicile du représentant de la personne morale à la manifestation, avec les références de la pièce d'identité produite.

Article R321-10 Code pénal

Le registre doit être coté et paraphé par le commissaire de police ou, à défaut, par le maire de la commune du lieu de l'événement.

Il est tenu à la disposition des services de police et de gendarmerie, des services fiscaux, des douanes ainsi que des services de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes pendant toute la durée de l'événement.

Au terme de celle-ci et au plus tard dans le délai de huit jours, il est déposé à la préfecture ou à la sous-préfecture du lieu de l'événement.
Toute reproduction, même partielle, n'est pas autorisée sans la mention de la source ci-dessous :
https://vide-greniers.org/reglementation/